RSS CQFD



AGENDA CQFD

Nouveau site, qu’on vous dit !

Hé ! Pour l’agenda comme pour le reste, ça se passe ici maintenant : www.cqfd-journal.org

o-OO-o

ÇA BRÛLE !
Encore ici ?

Ah mais, c’est qu’on a des lecteurs têtus !

L’équipe de CQFD


du N°014
PLAN DE COHÈSION SOCIALE

Le 21 juin dernier, une scène fusionnelle a illuminé les locaux d’habitude un peu sévères du Conseil général de l’Ain. Les élus du département, droite et gauche confondues, s’étaient réunis pour donner le coup d’envoi au Revenu minimum d’activité (RMA), qui, après quelques retards à l’allumage, trace peu à peu sa route à travers le pays en commençant par les contrées les plus profondes. Les socialistes avaient âprement dénoncé le RMA lors des dernières (...)

>>suite>>
 
FAUX-AMIS

MÉXICO MAGICO

Qu’ont en commun Manu Chao et le groupe hôtelier Accor ? Tania Libertad et l’ambassadeur du Mexique à Paris ? Les cultures indiennes et la banque Banamex ? La défense de l’écosystème du Yucatán et la promotion du tourisme de masse ?... Eh bien, tout ce joli monde va très œcuméniquement s’embrasser du 16 septembre au 1er octobre prochains, grâce à México Mágico, une quinzaine d’attractions et de spectacles divers visant à célébrer la réouverture du consulat honoraire du Mexique à Marseille. « Cet événement festif et grand public est à la hauteur des richesses de tout un pays dont les diversités sur le plan culturel, musical, gastronomique, touristique sont particulièrement importantes et intéressantes », aguiche le site www.mexicomagico.net. On y apprend que l’inauguration du festival se fera sous le parrainage de Claude Heller, ambassadeur représentant le Président Fox en France. Vicente Fox, ex-PDG de Coca-Cola Mexique et copie latine du (...)
>>suite>>
JAWAD, HUIT ANS APRÈS
>

Le 8 juillet 1996, les gendarmes prennent en chasse un jeune de Mantes-la-Jolie, qui prend peur et plonge dans la Seine. Il se noie et meurt. Le lendemain, des affrontements éclatent entre jeunes et policiers. Mon fils Jawad, 20 ans, part en centre ville pour éviter les heurts. Aussitôt les interpellations pleuvent. Jawad est arrêté à son tour, au motif qu’« on aurait reconnu » sa casquette à l’émeute. À ce jour, aucune pièce n’est venue justifier la mise en détention de mon fils. Pour un délit fictif, Jawad se retrouve donc à Bois d’Arcy. Dans la nuit du 23 juillet 1996, un de ses codétenus met le feu à leur cellule. Une épaisse fumée toxique se dégage, car les matelas ne sont pas conformes. Les gardiens tardent vingt minutes à appeler les pompiers, qui s’égarent dans la taule avant d’arriver sur place. Trop tard : Jawad est déjà mort. « Soyez rassuré, M. Zaouiya, votre fils n’a pas souffert », me dira le directeur… Je me promets d’aller jusqu’au bout pour que vérité et justice soient faites. Mais en décembre 1996, la procédure est classée sans suite. Ma plainte sera expédiée par un non-lieu en juin 1998, confirmé deux ans plus tard en cour d’appel. Il faudra attendre le 18 mai 2004, soit huit ans après les faits, pour que les juges administratifs reconnaissent que « l’administration a fait courir à Jawad Zaouiya un risque spécial qui l’a privé d’une chance de survie » et condamnent l’État à une peine symbolique. Sur le plan pénal, les responsables restent hors de cause. Les prisons, quant à elles, sont plus surpeuplées et mortifères que jamais. Jusqu’à quand ?

Salah Zaouiya, de l’Association des familles en lutte contre l’insécurité et les décès en détention.

Publié dans CQFD n°14, juillet 2004.

 
Classe affaire Placé en garde à vue les 21 et 22 juin derniers pour cause de turlutes boursières imprudentes, Jean-Marie Messier, l’ex-patron de Vivendi Universal, n’a pas été logé à la même enseigne qu’un chapardeur d’autoradios : ses 36 heures de garde à vue, l’ancien poupon des médias les a passées dans une suite avec lit, WC et douche privés. Situé au quatrième étage de la Brigade financière, rue du Château-des-Rentiers (sic !) à Paris, « l’appartement de la jet-set », comme l’appellent les flics, a été spécialement conçu en début d’année pour éviter aux « personnalités » les salissants cachots du commissariat d’en face. Un bon conseil aux petits délinquants : avant d’aller vendre votre barrette et de vous faire choper, assurez-vous que vous avez été président d’une multinationale. Recalculés La Caisse d’allocations familiales est en mauvaise posture : l’affaire des enfants recalculés (voir CQFD n° 13) commence à lui péter dans les doigts. Depuis de longues années, la CAF se livre à des économies de grande échelle sur le dos des gamins étrangers, en exigeant de leurs parents des documents qu’ils ne sont pas censés lui fournir. C’est illégal, mais couvert et encouragé au nom « de la politique de contrôle des flux migratoires ». Le 5 juillet, le tribunal administratif de Marseille, saisi en référé par dix-neuf familles, a condamné la CAF des Bouches-du-Rhône à changer (...)
>>suite>>

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |

NUMEROS PRÉCÉDENTS
CQFD au quotidien
THÈMES
-Armement
-Guerres
-Chômage
-Foulard et laïcité
-Faux amis
-Genres
-Exils et expulsions
-Luttes sociales
-Médias
-Patrons
-Science contre capital
-Sécuritaire
-Musique
-Livres
-Chroniques
-A l’arrach’
-Ecologie
-Chronique carcérale
-Santé
-Dessins
-Anthologie
-Courrier des lecteurs
-Fascisme

...patriotique des marchés Cette anthologie accompagne l’article « Guerre, terrorisme... c’est bon pour la bourse » publié dans CQFD n°14. « Le Front populaire réalisera la retraite des vieux travailleurs, étendra à tous les foyers le bénéfice des allocations familiales : c’est le déficit effroyable et la surenchère démagogique installés dans les finances publiques. » Journal des Finances 08/04/38 « Le chancelier Hitler avait déjà administré la preuve de ses talents de diplomate. Son discours au Reichstag [...] le révèle sous un jour nouveau : il témoigne de ses talents d’économiste. » L’Agéfi 01/02/39 « Le maréchal Pétain, nouveau vice-président du Conseil, est le plus glorieux des drapeaux. [...] La France se ressaisit. Ce redressement est gage de la victoire. » Journal des Finances 24/05/40 « Entre 1942 et 1945, la Bourse américaine a crû de 100 %. » Le Monde 23/09/02 « Les Bourses mondiales se sont souvenues hier du choc des (...)