Accueil
Sommaire du N°028
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°028



ANTHOLOGIE DU COUVRE-FEU

Mis à jour le :15 novembre 2005. .


…du couvre-feu

« Le Premier ministre Dominique de Villepin a annoncé lundi soir que les préfets pourraient recourir au couvre-feu, dès mercredi, pour ramener l’ordre dans les banlieues en se fondant sur une loi de 1955 instaurant l’état d’urgence dans le contexte de la guerre d’Algérie. »
AFP
07/11/05

« S’il est prématuré de juger de l’éventuel impact de la prestation de Dominique de Villepin hier soir sur TF1, force est de reconnaître qu’il s’est efforcé de trouver à la fois le ton juste et les mesures appropriées. »
Le Dauphiné libéré
08/11/05

« On espère que personne n’aura le mauvais goût de discréditer cette disposition législative au motif qu’elle fut votée au commencement de la guerre d’Algérie ! Restauration de l’ordre, sanction des exactions, appel aux habitants et aux familles pour aider au retour au calme, tel était donc le principal message du Premier ministre. »
Nice-Matin
08/11/05

« Une telle mesure - qui n’avait pas été décrétée depuis la guerre d’Algérie - arrive à point au moment même où l’opinion commençait sérieusement à douter des capacités de réaction de l’État. […] Ce qui frappait hier soir dans le ton de fermeté du Premier ministre, c’est le sang-froid, le calme, la maîtrise dont il a fait preuve. »
La Charente Libre
08/11/05

« Enfin ! Enfin, un peu de consistance dans le discours politique pour répondre à la dégradation de la situation dans les banlieues. Hier soir, sur TF1, Dominique de Villepin s’est montré à la hauteur de la mission impossible qu’il devait remplir : donner le sentiment qu’une solution pouvait être trouvée pour apaiser les tensions. »
Dernières Nouvelles d’Alsace
08/11/05

« La mode actuelle veut que l’on dénonce le ministre de l’Intérieur. Ses propos sur la “racaille” et les “voyous” seraient à l’origine des désordres. Nicolas Sarkozy n’a pourtant fait que dire tout haut ce que pense une majorité de Français. »
L’Éclair des Pyrénées
08/11/05

« Pour aider [les forces de l’ordre] dans leur mission, l’intervention de l’armée est une solution urgente. Nous ne sommes plus face à des manifestations de jeunes mécontents et autres casseurs, mais face à un engrenage d’actions concertées qui instaure dans notre pays un climat insurrectionnel inacceptable. »
Centre national des indépendants et paysans
07/11/05

« Les voyous [et] ceux qui font du mal se couvrent d’humiliation et leur visage devient rouge comme le cochon. »
Larbi Kechat
imam de la mosquée Al-Dâawa (Paris XIXe), 04/11/05

« Il faut d’urgence établir en France sur l’ensemble du territoire national pour les villes de 30 000 habitants le couvre-feu à partir de 19 heures pour tous les jeunes gens et les enfants de moins de vingt ans. […] Face à la guerre anti-française, je veux me faire le porte-parole de la France profonde, celle qui se barricade à partir de 6 heures le soir, en prévision des nuits de violence. »
Philippe de Villiers
07/11/05

« Le meilleur moyen de s’attaquer au chômage des jeunes et des minorités ethniques serait de réduire le salaire minimum et les charges. »
The Financial Times,
08/11/05

« D’ores et déjà, nous mesurons l’impact de ce qui se passe depuis plus de dix jours sur les services tels que la restauration ou l’hôtellerie et sur le tourisme. C’est très important, l’image de la France est profondément abîmée. »
Laurence Parisot
présidente du Medef,
07/11/05

« On peut empêcher un certain nombre d’actes par le dialogue. Mais je ne dis pas que la réponse c’est le dialogue : la réponse c’est la fermeté.[…] Nous devons être d’une fermeté totale parce qu’une société qui règle ses problèmes par la violence n’est plus une société. »
Martine Aubry
maire PS de Lille,
07/11/05

« Confronté à un début de déclin démographique, le Japon est arrivé à un moment où il doit sérieusement étudier la question de l’immigration. Il y a beaucoup à apprendre des émeutes en France. »
Sankei, quotidien japonais,
08/11/05

« Les hooligans français ont fait baisser le taux de l’euro. »
Nezavissimaïa Gazeta,
quotidien russe,
08/11/05

« Les conditions dans lesquelles les jeunes des minorités ethniques vivent en France sont aussi mauvaises, sinon pires, que celles qu’ont connues les Noirs à Détroit (nord-est des États-Unis, dans le Michigan) dans les années 60 et à Brixton (sud de Londres) dans les années 80. »
The Guardian, quotidien britannique,
08/11/05

« Mouammar Kadhafi a téléphoné à Jacques Chirac pour lui exprimer son inquiétude face aux violences qui secouent la banlieue parisienne et lui proposer son aide. »
L’agence officielle libyenne Jana,
04/11/05

À propos des émeutes en France, « j’estime qu’il s’agit d’une opération planifiée avec la participation des services spéciaux des États-Unis qui veulent mettre à genoux l’Europe devenue plus solide.[…] En France, on choie les étrangers, personne ne touche aux immigrés, on ne leur fait aucune observation, et donc ils ont compris qu’ils avaient le pouvoir, qu’on avait peur d’eux et qu’on pouvait passer à l’attaque. »
Vladimir Jirinovski
Radio Écho de Moscou,
07/11/05

« Le leader de l’opposition de centre-gauche italienne, Romano Prodi, estime qu’une explosion de violence urbaine en Italie n’est “qu’une question de temps”, les banlieues de la péninsule étant “les pires d’Europe”. »
Sur le site du Nouvel Observateur,,
05/11/05

« Nous espérons que le gouvernement français respectera les droits de son peuple et répondra à ses demandes pacifiquement, et que nous n’assisterons pas à la violation des droits de l’Homme dans ce pays. »
Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères iranien,
08/11/05

Publié dans CQFD n°28, novembre 2005.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |