Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°057
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°057


FUSION DES ASSEDIC ET DE L’ANPE

RADIEURS RADIÉS

Mis à jour le :15 juin 2008. Auteur : Marie-Anne Boutoleau.

Alors que le gouvernement se félicite d’une baisse « record » des chiffres du chômage, la dégradation des conditions de travail se généralise pour tous. Elle touche aussi les agents du service public de l’emploi.

DEPUIS QUELQUES ANNÉES, la chasse aux pauvres et aux chômeurs s’intensifie. Les ANPE et les Assedic se situent au coeur de ces politiques de flicage et ont de moins en moins de moyens pour répondre aux besoins des usagers en matière de recherche d’emploi et d’indemnisation. Nathalie Rubert, déléguée SNU à l’ANPE de Marseille, explique : « Un agent a en moyenne quatre-vingt-dix personnes à suivre selon les chiffres officiels, de notre côté nous en dénombrons plutôt cent à cent vingt avec des pics à deux cents :on ne peut pas faire un travail de qualité dans ces conditions-là. » Transformés en « robots » par l’automatisation des procédures,les agents doivent de plus faire face au mécontentement des chômeurs.Dans ce contexte, les agressions verbales ou physiques sont en hausse et la médecine du travail constate une augmentation des pathologies liées à la dégradation des conditions de travail. La fusion prochaine des services de l’ANPE, des Assedic et sans doute de l’Association pour la formation professionnelle des adultes (l’AFPA) ne va rien arranger. La nouvelle entité, qui devrait s’appeler France-Emploi, sera un organisme privé avec une mission de service public. Si les Assedic opèrent déjà sous ce statut, les ANPE en revanche sont un service public et leurs agents sont assimilés fonctionnaires. Ce changement de nature pour le service public de l’emploi s’inscrit dans une logique qui veut qu’après y avoir introduit tout un tas de dysfonctionnements à grands coups de « réformes », on souligne son manque d’efficacité pour mieux le privatiser. Sous couvert de faciliter les démarches des chômeurs en instaurant un guichet unique,on va rendre interchangeables des gens qui ont une « culture d’entreprise » très différente et qui vont être amenés à exercer des métiers pour lesquels ils n’ont pas été formés. Si la nouvelle entité devrait se doter d’une convention collective,les agents de l’ANPE pourront choisir de passer ou non sous ce régime alors que les employés des Assedic n’auront pas le choix et craignent la mise en place d’une convention moins protectrice que celle en cours.

Bercy avoue en interne espérer « libérer » entre quatre mille et quatre mille cinq cents emplois, tout en réduisant le nombre de points d’implantations de mille cinq cents à mille (hypothèse haute). Même Les Échos s’en émeuvent : « Les exemples étrangers n’ont pas de quoi rassurer  : au Royaume-Uni, la fusion des services de l’emploi avait généré pas moins de 13000 suppressions de postes. » [1] La direction régionale de l’ANPE en région Provence-Alpes- Côte-d’Azur reconnaît employer autour de 20% de précaires. Une situation ubuesque, à mettre en corrélation avec les dernières statistiques de l’emploi au niveau national : si le taux de chômage n’a officiellement jamais été aussi bas depuis vingt-cinq ans, c’est au prix d’une précarisation accrue.Pour la première fois, l’Insee prend en compte dans ses mesures un taux de sous-emploi, au sens du Bureau international du travail. Ainsi, 4,4 % des personnes occupant un emploi sont en temps partiel subi [2]. Et ce n’est pas en fusionnant l’ANPE et les Assedic ou en obligeant les chômeurs à accepter des emplois au rabais que les choses vont s’améliorer.

Article publié dans CQFD n°57, juin 2008.


[1] Les Échos, 9 octobre 2007. Les chiffres qui précèdent en sont extraits.

[2] Les statistiques du chômage et de l’emploi pour le premier trimestre 2008 sont consultables sur le site de l’Insee :
http://www.insee.fr/fr/indicateur/indic_conj/indconj_frame.asp ?ind_id=14.





>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |